Grenoble groupe local/Thèmes/Plaidoyer

From OpenStreetMap Wiki
Jump to: navigation, search

Le but est de convaincre les institutions locales d'abandonner Google Maps sur leurs sites et services.

Suivi par Thomas, Guillaume.

Carticipe

Échanges sur Twitter le 7 novembre 2016 à propos du site carticipe plui-lametro développé pour la métro.

 .@carticipe @DataMetroGre @YMongaburu 
 Pourquoi ne pas envisager une évolution de Carticipe avec les fonds et les API d'#OpenStreetMap ?
 Quitte à mettre en place un outil participatif, autant le faire sur des données de base qui le soient aussi (#OpenStreetMap)
 et surtout libérées des contraintes de licence de Google (contamination de licence sur les points référencés, pub et représentation biaisée).
 Le groupe local est disponible pour apporter son aide (bénévole) si le projet se concrétise.

Echosciences Grenoble

Mail envoyé par Guillaume le 5 octobre 2016 ; pas de suivi pour l'instant
Date: Wed, 5 Oct 2016 22:16:44 +0200

From: Guillaume Allegre <allegre.guillaume@free.fr>
Subject: OpenStreetMap dans EchoSciences
To: contact@sleede.com
Cc: Pascal MOUTET <pascal point moutet at lacasemate point fr>

Bonjour aux développeurs du site EchoSciences Grenoble.

Suite à une discussion démarrée sur la liste Grelibre, je me propose bénévolement pour vous donner les informations nécessaires si elles manquent, afin de remplacer dans le site EchoSciences l'API Google Maps par une intégration reposant sur OpenStreetMap.

Je suis membre d'OpenStreetMap France, et je participe à l'animation du groupe local OSM Grenoble. Je suis par ailleurs informaticien, mais pas spécialement orienté cartographie dans mon activité professionnelle. Pour que ce soit bien clair, mon implication dans OSM et l'écosystème technique autour est strictement bénévole.

Je suis à votre disposition pour échanger techniquement, dans la mesure de mes disponibilités.

Je réponds ci-dessous à deux points soulignés par Pascal Moutet dans la discussion préalable.

Le 2016-10-05, Pascal MOUTET a écrit :
> Bonsoir Guillaume,
>
> En tant que chef de projet sur Echosciences, j'apporte quelques éclaircissements sur la partie carto de l'application.
>
> Il est déjà important d'insister sur le fait que nous n'avons pas fait ce choix par amour pour Google mais l'API Google Maps nous a permis de faire
> ce que nous voulions, dans des délais impartis forts courts (environ 5 mois de développement pour l'intégralité de l'application ! ). Nous avions
> analysé l'API OSM à l'époque de ce développement et il nous semblait à ce moment là plus compliqué de l'intégrer. Ce choix ne s'est pas fait à la
> légère mais en fonction de contraintes projet et des expertises à disposition.
>
> De plus, ceci n'est pas irréversible et il est toujours possible d'envisager un passage vers OSM à l'avenir, ce qui nous conviendrait

> évidemment mieux d'un point de vue philosophique. Ceci étant posé et d'un point de vue fonctionnel, l'intégration de la cartographie dans Echosciences
> va beaucoup plus loin que la pause de marqueurs sur une carte.

>
> La géolocalisation des contenus d'Echosciences se fait en partie sur une base de données de lieux que nous alimentons. L'API Google nous retourne
> des adresses précises que nous associons ensuite à ces lieux. Si des contenus n'ont pas d'adresse définie, il est possible d'en saisir
> une via un simple champ de recherche, sans donner de latitude / longitude, sans avoir à poser des marqueurs sur une carte, ce qui est très simple à

> gérer du côté de nos utilisateurs, qui ne sont pas tous (loin de là) très à l'aise avec des interfaces web.
Pour la France, il existe au moins deux services de géocodage indépendants de Google.


Le premier, Nominatim, est le moteur de recherche d'OSM, de couverture mondiale. Il intègre environ 16 M points adresses en France, renseignés progressivement par les contributeurs.
https://wiki.openstreetmap.org/wiki/Nominatim


Le deuxième est le service de géocodage officiel d'Etalab (nom de code Addok) qui repose sur la Base Adresse Nationale, cf.
http://adresse.data.gouv.fr/api/
Il intègre environ 25 M de points adresses en France, certains étant sous licence libre (l'ensemble BANO), d'autres non, mais la distinction est complètement
transparente pour l'utilisateur du service.

> Il y a aussi le module de cartographie que vous pouvez voir sur la homepage qui est éditorialisé par un administrateur qui, dans 100% des cas, n'a pas
> de connaissances particulières en informatique. Le module d'administration lui permet de rechercher en plein texte tout type de contenus. Il n'a plus
> qu'a les sélectionner et ceci crée des épingles bien formatées, 100% responsive sur la carte (avec des dates pour les événements, des remontée
> de visuels pour les articles etc...).

Je pense que là encore on revient à la question du service de géocodage. S'il y a dans l'API Google un mécanisme supplémentaire, qu'OSM ne pourrait
pas offrir, je veux bien des éclaircissements sur ce point.

Par ailleurs, l'API d'OSM offre en plus la possibilité de référencer directement un objet OSM (par exemple un bâtiment ou une relation), ce
que l'API de Google ne fait pas, puisqu'il n'offre pas d'accès direct à sa base de données.
Par exemple, la Casemate est un objet référençable : http://www.openstreetmap.org/way/68283920
ce qui donne la possibilité de lier directement son article Wikipédia et sa fiche Wikidata, quand elle existe.

> Vous pouvez contacter les développeurs de l'application à cette adresse : contact@sleede.com.
> Ils seront bien entendu très ouverts à la discussion pour imaginer des alternatives concernant l'intégration d'OSM avec le même

> niveau de qualité fonctionnel et graphique.

Voilà qui est fait.