FR:Memo pour mapping party

From OpenStreetMap Wiki
Jump to: navigation, search

La traduction en français de mapping party (abrégé en MP) qui signifie mot à mot "réunion pour faire des cartes" a été sujette à discussion jusqu'en 2010. Depuis, le terme de "cartopartie", a fini par s'imposer.
Un sondage permanent (ici) a permis de choisir parmi les meilleures traductions possibles.

Définition

Le but d'une mapping party (ou MP) est d'arriver à produire une carte complète d'une zone plus ou moins grande, généralement une partie d'agglomération. Pour l'obtenir dans un temps assez court, on convoque des pratiquants d'OpenStreetMap volontaires et des novices peuvent y trouver l'occasion d'apprendre les méthodes du relevé des traces GPS sur le terrain et du recueil des données visuelles pour leur traitement sur ordinateur.
Dans les zones où la cartographie est considérée comme déjà très bonne, on peut inviter à des cartoparties thématiques pour ajouter des éléments très précis : facilités pour personnes empêchées, équipements pour les secours et les urgences, botanique, etc.

Les relevés se font en utilisant divers modes de déplacement : à pied, en roller, en vélo, en moto, en auto.
On peut s'en dispenser en partie si des images aériennes de la zone sont disponibles en haute définition.
Les durées sont variables, généralement le week-end et peuvent être de 3 jours, 2 jours, 1 journée, une demi-journée, voire moins. On parle aussi de micro-mapping party pour 1 ou 2 heures.

Un lieu de rencontre (café ou salle prêtée) est le plus souvent nécessaire pour répartir le travail avant le départ sur le terrain et pour réunir les données sur un ou des ordinateurs après le retour des releveurs de trace GPS.

Des OSMeurs expérimentés profitent des conférences ou des événements auxquels ils assistent pour faire des cartoparties, parfois improvisées, afin de cartographier la ville où ils se trouvent. Exemples :Rencontres mondiales du logiciel libre en France ou Fête de la bière à Munich.

Des MP se font partout dans le monde. En France, la première à Dijon mapping party en 2007, puis à Caen, Rennes, Lyon, Nancy, Brest, Mont-de-Marsan, Gouesnou, Paimpol-Ile-de-Bréhat, Cesson-Sévigné, Quimper en 2008. En Belgique, à Leuven, Antwerpen, Bruxelles en 2008. A Montréal et à Sherbrooke, tous deux au (Québec) en septembre 2008.

Mise en place

Trois données indispensables :

  • Une zone à cartographier définie à l'avance
  • la présence d'au moins une personne expérimentée
  • la(les) date(s).

Une donnée presque toujours indispensable : un lieu de réunion convenable pour les réunions de début et de fin. L'ambiance conviviale d'un café peut être recherchée, mais d'autres lieux publics, couverts ou non, (salles communales) sont possibles.
Très utile ; choisir un lieu ayant une liaison Internet par Wi-Fi gratuite.
Les échanges d'information et de tuyaux sont éventuellement plus intenses et plus productifs dans un lieu ayant une ambiance agréable (et des possibilités de se rafraîchir).

Il peut ne pas y avoir de lieu de réunion le jour-même dans des cas très particuliers (micro MP, par exemple).

Médiatisation

Une fois les 3 (ou 4) conditions remplies, il faut l'annoncer par tous les moyens adéquats, l'annonce pouvant être faite 1 à 2 mois à l'avance selon le nombre de participants espérés.

On peut médiatiser par :

  • Le calendrier en anglais des événements OSM (Calendar Events) sur la page principale (Main Page) du Wiki d'OSM
  • La page du Wiki OSM français dédiée aux MP
  • La liste de diffusion [OSM-Talk-Fr]
  • Les blogs et forums spécialisés ou non. Les groupe d'utilisateurs de logiciels libres et de technophiles Les amateurs de randonnée, de VTT, de trekking, etc...
  • La presse locale : dans l'ouest de la france annoncez votre mapping party sur http://www.infolocale.fr afin qu'il soit publié dans Ouest-France, Presse Océan, Le Maine Libre, Le Courrier de l'Ouest ainsi que sur les sites internet de ces journaux et sur http://www.maville.com
  • Des affiches

Eléments pratiques

Matériel

  • S'assurer que certains participants ou non participants accepteront de prêter un récepteur GPS pour ceux qui n'en auraient pas
  • Préparer des cartes de la zone avec des indications des parties à couvrir par chaque participant ou groupe de participants.

Ces cartes peuvent être un extrait Osmarender de la zone ou des cartes sur papier (cartes pour touristes, par exemple)

  • Demander aux participant de se munir d'appareils photo numériques et/ou de carnets de note et/ou de dictaphones
  • Avoir un lecteur de carte SD.
  • Avoir JOSM installé sur au moins un ordinateur
  • Avoir GPSBabel installé sur au moins un ordinateur
  • Selon besoins : câble série Garmin et éventuellement série/USB

Restauration

Il faut être prêt à proposer une ou des solutions de restauration à prix modiques et éventuellement adaptées aux besoins des familles

Divers

Page du Wiki-Fr dédiée à la mapping party (par nom géographique)

  • Mettre un numéro de téléphone d'un participant local
  • Mettre la carte de la zone
  • Mentionner les besoins en appareils photo et autres matériels
  • Mettre un lien vers l'(les) article(s) du Wikipédia qui décrive(nt) le mieux la zone et mettre une note brève dans la page discussion du (des) article(s) mettant l'accent sur la carte qui sera ajoutée plus tard
  • Donner des indications sur les moyens de transports (train, métro, bus) et vérifier si des perturbations ne sont pas à prévoir afin de l'indiquer
  • Mentionner s'il est possible de louer des vélos

Accueil

  • Il peut y avoir à prévoir des logements pour les participants arrivant la veille.
  • On peut préparer un dépliant pour les participants avec horaires, données pratiques et techniques et pouvant être envoyé préalablement par Internet

Points techniques

  • Bien indiquer aux novices comment bien orienter le récepteur GPS vers le ciel
  • Montrer aux novices la manière d'enregistrer les donnés du GPS vers l'ordinateur et comment ajouter des tags
  • Faire vérifier que les GPS sont à zéro et que leurs batteries sont pleines

Suites

La première mapping party peut être l'occasion de proposer un rendez-vous plus ou moins régulier des résidents locaux pour parler à plusieurs des problèmes pratiques de cartographie, de l'utilisation d'OSM et des relations avec les institutions et associations