WikiProject Cadastre Français/Formats et projections

From OpenStreetMap Wiki
Jump to: navigation, search

Formats

Le cadastre utilise deux formats différents : image et vecteur. La proportion de communes dans chaque format pour chaque département est documentée sur WikiProject_France/Limites_administratives/Etat_d'avancement

Image

C'est l'ancien format. Il s'agit grosso modo d'un scan des planches cadastrales sous leur ancienne forme papier. Les plans images sont assez hétérogènes, tant en terme d'échelle que d'informations de calage géographique.

Échelle

Les plans en version papier sont la plupart du temps dessinés au 1/1000 ou au 1/2000. On trouvera cependant des plans au 1/5000. Pour deux plans papier de mêmes dimensions, et restitués par un même nombre de pixels à l'écran, la surface d'un pixel au 1/5000 représente 25 fois plus de surface sur le terrain qu'un pixel au 1/1000. Il faut donc rester vigilant sur la précision potentielle des plans.

Informations de calage géographique

Les plans images contiennent parfois des informations de calage géographique (= géoréférencement). On peut évoquer au moins quatre situations :

  • les plans sans aucun référencement
  • les plans avec croisillons et référencement de type inconnu
  • les plans avec croisillons et coordonnées connues
  • les plans avec des métadonnées de géoréférencement incluses

Plus en détail :

  • les plans sans aucun référencement

Ces plans ne sont pas entourés d'un cadre doté de coordonnées, et ne contiennent pas de croisillons. Pour les caler, il faut l'appui de données extérieurs au plan : des plans voisins calés, des traces GPS faites sur des routes parcourant la feuille, des éléments remarquables relevés sur des fonds photographiques comme Bing, ou des données déjà dans OSM : réseau routier, limites communales, points géodésiques, bâtiments remarquables, etc. En l'absence d'éléments extérieurs, il sera impossible de caler correctement ces plans images.

  • les plans avec croisillons et référencement de type inconnu

Ces plans sont dotés de croisillons (petites croix), et éventuellement encadrés par des repères avec des coordonnées. Si, par exemple, l'ordre de grandeur des valeurs des coordonnées est de quelques milliers voir dizaines de milliers, on est vraisemblablement face à un repère local. En effet, les coordonnées en Lambert ont des ordres de grandeur en centaines de milliers.

Le calage d'un plan avec le plugin Cadastre-fr se fait en appliquant trois transformations à l'image d'origine : rotation, translation, et homothétie. Les croisillons permettent d'appliquer la rotation. En effet, ils sont disposés orthogonalement, deux croisillons successifs étant alignés selon un axe (soit nord-sud, soit est-ouest). Pour déterminer l'orientation du plan, il faut se rapporter à la flèche indiquant le nord, qui figure sur le plan. Les croisillons permettent aussi d'appliquer l'homothétie. En comparant l'échelle dessinée sur le plan et l'écartement des croisillons, on peut déterminer l'écartement (en mètres sur le terrain) entre deux croisillons. Habituellement, on a pour un plan au 1/1000 un écartement de 100 mètres entre croisillons. L'écartement est proportionnel à l'échelle : 125 mètres au 1/1250, 200 mètres au 1/2000, etc. Pour la translation, il faut comme dans le cas des plans sans aucun référencement, s'appuyer sur des éléments extérieurs pour déterminer où doit se situer le plan. Une application de cette démarche a été évoquée ici : http://lists.openstreetmap.org/pipermail/talk-fr/2010-December/029184.html

  • les plans avec croisillons et coordonnées connues

Lorsque les valeurs des coordonnées qui encadrent le plan sont en centaines de milliers, il s'agit normalement de coordonnées dans un système Lambert quatre zones (Lambert NTF). Dans ce cas, il est possible d'utiliser ces coordonnées pour définir le calage du plan, en ayant au préalable déterminé dans quelle zone de projection Lambert on se situe (voir ci-dessous).

  • les plans avec des métadonnées de géoréférencement incluses

Pour les plans téléchargés dans JOSM à l'aide du plugin Cadastre-fr, il arrive qu'une boîte de dialogue en fin de chargement propose d'utiliser les coordonnées déjà associées au plan. En répondant "Oui", on utilise le calage existant, qui nécessite là encore d'avoir déterminé au préalable dans quelle projection est défini le calage. Les projections possibles dans ce contexte sont les quatre zones de Lambert NTF et les neuf zones de Lambert 93 CC. Au sein d'une même commune, on pourra trouver des planches dans différents systèmes, notamment quand la bascule vers le Lambert 93 CC n'est pas complète.

L'exploitation des informations de calage réserve parfois des surprises, qu'il s'agisse des chiffres de coordonnées inscrits sur les cadres des planches, ou du calage existant d'une planche. Même si ces cas relèvent de l'exception, il est possible de rencontrer des planches avec :

  • des coordonnées fausses, même si d'allure correcte : décalage de plusieurs centaines de mètres (voir dizaines de kilomètres)
  • des coordonnées mal orientées, avec des valeurs qui augmentent vers l'ouest quand elles devraient augmenter vers l'est
  • des planches déja calées mais avec un décalage

Pour fiabiliser le calage d'une planche, il est toujours recommandé de s'appuyer sur des éléments extérieurs : une planche voisine (idéalement d'une autre commune), des données présentes dans OSM, un fond photo, etc.

Vecteur

C'est le nouveau format, qui permet de s'affranchir des nombreux problèmes et limitations du format image. Les données sont fournies sous forme numériques (positions des nœuds...) et donc automatiquement géoréférencées.

Projections

Le cadastre utilise 6 projections standards ainsi qu'un nombre inconnu de systèmes locaux. Il est facile de savoir lequel est utilisé, il suffit d'afficher une feuille sur le site du cadastre. En dessous de celle-ci, il est indiqué par exemple :

  • Paris (75) : "Coordonnées en projection : RGF93CC49"
  • Cayenne (Guyane) : "Coordonnées en projection : RGFG95UTM22"
  • Le Bugue (24) : "Coordonnées en projection : Métrique locale"

Notez que les zones couvertes par ces projections sont très restreintes. Limitez-vous aux territoires français concernés pour les éditions et repassez à une projection standard comme Mercator ou WGS84 pour les territoires voisins. JOSM n'est pas capable de fonctionner avec des projections différentes pour chaque calque. Il faut aller dans le menu des préférences pour configurer la projection (et la zone pour la métropole) avant d'ouvrir un premier calque (le changement de projection avec des calques déjà ouverts ne fonctionne pas encore correctement dans JOSM).

Pour les plans vecteurs, la transition de l'ancienne projection au nouveau "Lambert CC 9 zones" dépend de chaque CDIF (Centre des Impôts Foncier) et il est impossible de dire à l'heure actuelle quelles sont les communes utilisant la nouvelle projection "Lambert CC9 Zones" et lesquelles utilisent l'ancienne projection. Le plus simple actuellement est de consulter le site du cadastre en ligne.

Lambert CC 9 Zones (France) (métropole et Corse)

(cliquer pour agrandir)

C'est la projection utilisée pour une bonne partie les plans vecteurs en France métropolitaine et la Corse depuis octobre 2009. Toutes les communes d'un département font parties de la même zone, mais elles n'ont pas forcément toutes été converties vers la nouvelle projection. Il faut configurer manuellement la zone dans le menu des projections (raccourci clavier F12 et onglet avec une grille). Consultez la carte de France pour voir dans quelle zone se trouve le département sur lequel vous travaillez. Attention, configurez la projection et la zone avant d'ouvrir un premier calque. Bien que les limites des zones soient définies avec précision, la projection Lambert utilisée dans JOSM accepte une certaine tolérance et fonctionne au-delà des limites théoriques (ce qui permet à JOSM d'afficher des données qui vont au-delà de la zone, pour des lignes de trains ou des fleuves par exemple. Toutefois, si vous allez trop loin, JOSM affichera un message d'alerte en vous demandant de ne surtout pas transférer de données vers le serveur OSM. En effet, les positions de certaines données seront corrompues après ce message d'alerte et vous risquez d'avoir des nœuds à plusieurs centaines de kilomètres au nord ou au sud de la position souhaitée.

Lambert 4 Zones (France) (métropole et Corse)

(cliquer pour agrandir)

La projection "Lambert 4 Zones" était auparavant utilisée pour tous les plans (images et vecteurs) mais depuis octobre 2009, les plans vecteurs sont peu à peu convertis dans la projection "Lambert CC 9 zones" alors que les feuilles au format image ou les plans vecteurs non convertis utilisent encore l'ancienne projection "Lambert 4 Zones" qui divise la métropole en quatre zones (zone 1=Nord, zone 2=Centre, zone 3=Sud, zone 4=Corse) qu'il faut configurer soi-même avant l'ouverture d'un premier calque.

Comme pour le "Lambert CC 9 zones", JOSM accepte de projeter des données qui vont au-delà des limites théoriques de la zone Lambert active, mais un message d'erreur s'affichera si ces données sont trop éloignées de cette limite.

UTM20N Guadeloupe Ste-Anne 1948 (Basse-Terre et îles voisines)

Cette projection est utilisée par le cadastre en ligne pour les îles Basse-Terre, Grande-Terre, Désirade, Marie-Galante et Saintes. Elle utilise la projection UTM zone 20 Nord (Universal Transverse Mercator).

UTM20N Guadeloupe Fort-Marigot 1949 (St-Martin et St-Barthélemy)

Cette projection concerne les îles Saint-Martin et Saint-Barthélemy qui font partie du département de la Guyane, mais ont quand même leurs propres paramètres de projection.

UTM20N Martinique Fort Desaix 1952 (Martinique)

Cette projection couvre l'île de la Martinique et ses 34 communes.

UTM20N Réunion RGR92 (La Réunion)

Reunion proj josm.png
Celle-ci concerne l'île de la Réunion qui est passée de l'ancienne projection "Gauss Laborde Réunion" à l'UTM (zone 40 sud) en janvier 2010. Il faut d'abord choisir comme méthode de projection "UTM 20N (France)" et dans la liste déroulante Système Géodésique, spécifier "Réunion RGR92" (note : le titre "UTM 20N (France)" n'est plus approprié puisqu'il regroupe des zones UTM différentes et devra être corrigé dans JOSM).

Système métriques locaux

Un faible pourcentage de commune utilise un système métrique dit "local". Vous pouvez essayer de contacter les services du cadastre de la commune concernée pour demander si plus d'informations sont disponibles, mais il est possible (probable?) que non. Les feuilles sont utilisées et modifiées par ces services et les communes dans l'état, et seul le passage au vectoriel permettra de standardiser la feuille. En attendant, le géoréférencement de telles feuilles n'est pas évident. Voilà quelques pointeurs à ce sujet :