User:A Pirard/WikiProject Belgium/Limites administratives/Tracer les limites administratives

From OpenStreetMap Wiki
Jump to: navigation, search

Elements and administrative levels

Belgian boundaries are made of:

  • ways of type boundary making boundaries between 2 communes, and sometimes also between 2 arrondissements, 2 provinces etc... 2 countries.
  • relations of type boundary representing the boundary around 1 commune, an arrondissement, a province etc...

Unfortunately, OSM cannot make relations of relations. This means that inter-communes-ways cannot be assembled into inter-arrondissement-routes because these routes could not be assembled to make the arrondissement relation etc... Hence, all boundaries, even land boundaries, must be made of inter-communes-ways. The administrative level is the type area inside the boundary:

Loosely speaking, a boundary at a given level number is also a boundary for the higher numbers.

Ways

Boundary eclate.PNG

Let A, B et C be 3 communes. The way around a commune is made of segments common to 2 communes. On the picture, blue segments are those common to 2 communes among A, B and C. (The red segments are common to yet other communes.) Do NOT uses other ways (ways, landuse, waterways etc…) as boundaries; it is discouraged to overlay boundaries on them either; if you do, someone will sooner or later, change the other way and destroy your work.

tags between communes


Between communes, ways are tagged as follows:

Please note that the commune names are what is written on the boundary on the map. Hence, NSWE say to what side of the boundary the commune is.

tags between other administrative levels

When the way is also the boundary between arrondissements:

  • boundary=administrative
  • admin_level=7
  • name=N:commune1 S:commune2 a:arrondissement1 — arrondissement2 or
  • name=E:commune1 W:commune2 a:arrondissement1 — arrondissement2

Please note that, of course, being the boundary between arrondissements must not stop labeling communes. Having a boundary qtape Sprimont/Beaufays...Sprimont/Trooz...Liège/Verviers...Liège/Verviers...Liège/Verviers...Sprimont/Aywaille...

When the way is also the boundary between provinces:

  • boundary=administrative
  • admin_level=6
  • name=N:commune1 S:commune2 p:province1 — province2 or
  • name=E:commune1 W:commune2 p:province1 — province2

FIN

Les ways communs aux trois entités ne sont pas dédoublés ou superposés. On segmente les ways pour isoler ceux qui font partie de plusieurs entités (en bleu sur la figure à gauche). On tague ensuite tous les ways avec :


Il existe une ancienne pratique, appliquée aux frontières internationales datant de l'époque où les relations n'existaient pas dans OSM qui est de donner le nom des pays bordant la limite. C'est pourquoi on peut retrouver sur les ways des régions, départements et même de communes:

Note : cette pratique devrait être abandonnée à terme et les noms être définis uniquement dans les relations (à l'exception des frontières internationales pour lesquelles aucune discussion n'est en cours). |-

|
Boundary polygone.PNG

| Une fois tous les ways définis et tagués, on créé une relation qui symbolise l'entité administrative en liant entre eux les ways.

Les tags
  • boundary=administrative est le tag appliqué aux ways (polylignes) symbolisant une limite administrative (voir FR:Key:boundary)
  • admin_level=* combiné avec boundary=administrative donne le niveau administratif de cette limite. Consultez la page FR:Key:boundary pour voir toutes les valeurs par pays. Pour la France, les valeurs essentielles sont "2" pour le pays, "4" pour les régions, "6" pour les départements et "8" pour les communes.
  • Relation:boundary est la relation symbolisant l'entité administrative et regroupant l'ensemble des ways pour former un polygone
  • Tag:natural=coastline est le tag identifiant les lignes côtières. Ces lignes sont aussi utilisées par certaines relations.

Tags de la relation

Key Value Remarque
type boundary
boundary administrative
admin_level 1..10 "8" pour une commune, 6 un département, 4 une région etc
name nom nom de la commune, département, etc

Membres

Way Role Recurrence? Remarque
Way aucun / outer 1.. x Le polygone doit être fermé, c.à.d que chaque way est relié au suivant par son dernier node.

On peut, si on le souhaite, ajouter le node symbolisant le chef-lieu dans la liste des membres:

Way Role Recurrence? Remarque
Node admin_centre 1 Le node symbolisant le chef-lieu (dépend du niveau administratif, par exemple le node portant les tags place=city, name=Bordeaux pour la relation symbolisant le département de la Gironde).

|}

Cas particuliers

Way appartenant à plusieurs niveaux administratifs

Un way qui fixe la limite entre deux communes peut aussi fixer la limite entre deux départements, deux régions et même deux pays. Ce way peut donc faire partie de 2,3 voir 4 relations différentes. Le tag admin_level=* porte dans ce cas le chiffre le plus bas, correspondant au niveau administratif le plus élevé (par exemple "4" pour une limite entre régions). On considère aussi que cet admin_level couvre implicitement tous les niveaux administratifs inférieurs. Donc, inutile de taguer tous les admin_level comme admin_level=4;6;8 mais uniquement admin_level=4.

Limites administratives utilisant des éléments physiques

Il est fréquent que des éléments naturels ou artificiels forment la limite entre deux communes : cours d'eau, voie de communication (routes, rues et chemins), etc. Souvent, ces éléments ne sont pas des objets cadastrés. La précision du tracé est largement indicative. Il est à noter que, dans le cas d'un cours d'eau, le tracé de parcelles en bordure peut ne plus refléter la réalité ; la rivière peut avoir significativement changé son lit sans que les limites de parcelles ne soient modifiées, ce n'est pas un signe d'erreur ou d'imprécision mais simplement la conséquence d'un mode de révision du plan cadastral qui ne tient pas compte de ce genre d'événements.

Il convient d'apprécier, dans ce cas de figure, autant la signification de la limite communale (contour d'un banc de sable, d'un îlot, par exemple) que le tracé géométrique pur.

exemples sur la Loire à l'est de Tours -> Vouvray/Montlouis-sur-Loire

Comme ces éléments doivent aussi figurer dans la base OSM avec leurs propres tags, il y a actuellement plusieurs approches pour combiner ces données physiques et administratives:

Trois entités administratives utilisent une rivière comme frontière naturelle.

With river boundary.PNG
Proposition 1

Le way symbolisant l'élément physique (rivière, route, etc) est segmenté sur la partie qui est utilisée comme frontière. Cette partie est ensuite ajoutée aux relations administratives concernées. Aucun tag spécial n'est ajouté au way, il conserve sa propriété de rivière ou de route (par exemple waterway=river).

Sur la figure à gauche, la rivière est coupée à 5 endroits et forme quatre segments utilisés comme limite administrative ("2", "3", "4" et "5") et les deux segments qui vont au-delà ("1" et "6"). Le segment "2" est ajouté à la relation de la zone B, le segment "3" aux relations de la zone B et C, etc.

With river duplicate boundary.PNG
Proposition 2

Un nouveau way doit être superposé à la rivière ou route en réutilisant les mêmes nœuds sur toute la portion de la limite administrative. Ce nouveau chemin superposé sera ensuite découpé en autant de morceaux que nécessaire pour être ensuite ajoutés aux relations. Seul le nouveau way superposé comporte les tags boundary=administrative et admin_level=x. Seul le ou les nouveaux chemins sont ajoutés dans les relations, l'élément physique ayant servi d'appui n'étant pas inclus.

Avantages et inconvénients de chaque méthode:
  • la méthode 1 présente l'avantage d'avoir un seul way, donc plus facile à éditer. L'inconvénient est qu'un way représentant une route ou une rivière va être segmenté en plusieurs morceaux sans justification à part administrative. Parfois, ces segments sont très courts. Mais il est aussi fréquent de segmenter des routes sans justification physique (par exemple, portion en sens unique ou changement de "ref")
  • la méthode 2 évite la segmentation d'une rivière ou d'une route. Les deux types d'information sont ainsi représentés dans deux entités (ou calques) séparés. On utilise les mêmes nodes pour être sûr qu'en cas d'ajustement des positions (par exemple, à partir de sources plus précises), l'entité "limite administrative" continue de longer la rivière. L'inconvénient est la plus grande difficulté d'éditer des ways superposés, surtout sur de longues distances.

Récapitulatif en France des tags selon le niveau administratif

29/09/2010 : Une discussion est (presque) en cours sur les niveaux et leurs usages.

Pays

Sur la relation
Sur les membres
Chemins

Les contours :

Les tags suivants, bien que toujours recommandés par le wiki anglais sur les différents chemins qui composent les frontières ont leur intérêt qui diminue avec la présence de relation :

Nœuds

Le chef-lieu :

  • admin_centre (Le rôle admin_centre sera positionné sur le nœud représentant la capitale : Paris)

Régions

Sur la relation

En proposition :

oui, dans le Code Officiel Géographique de l'INSEE : http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/region.asp . Mais ce numéro est-il utilisé ailleurs ?
oui, dans la nomenclature NUTS d'Eurostat. D'après wikipedia, ce numéro a tendance à remplacer le code INSEE.
voir aussi la nomenclature ISO-3166-2
Sur les membres
Chemins

Les contours :

Nœuds

Le chef-lieu :

  • admin_centre (Le role admin_centre sera positionné sur le nœud représentant la préfecture de région, par ex. Lyon pour Rhône-Alpes)

Départements

Sur la relation
Sur les membres
Chemins

Les contours :

Nœuds

En proposition : Le chef-lieu :

  • admin_centre (Le rôle admin_centre sera positionné sur le nœud représentant la préfecture de département ; par ex. Chambéry pour la Savoie)

Communes

Sur la relation

Éventuellement :

  • population=* La population de la commune (Cette information est disponible sur le site de l'INSEE est peut-être recoupée par la ref:INSEE on peut donc, ou pas, la mettre dans OSM)

Voir la page de discussion.

Voir la page décrivant l'import automatique de codes INSEE et codes postaux

Sur les membres
Chemins

Sauf si le trait est celui de la côte. Et, selon moi, sauf si le trait représente une autre réalité physique que simplement une limite de commune (route, rivière, falaise, etc.).

Nœuds

En proposition : Le chef-lieu :

  • admin_centre Le rôle admin_centre sera positionné sur le nœud représentant la chef-lieu de la commune, par ex. La Combe pour la commune Les Déserts, ou Paris pour la commune Paris. Pour des explications sur ce rôle, voir la page décrivant la relation boundary

Arrondissements urbains

Il s'agit ici des arrondissements municipaux (urbains) de Paris, Lyon et Marseille. Les arrondissements départementaux qui sont une subdivision du département sont classés en admin_level=7.

Sur la relation

Propositions :

  • admin_level=9
  • ref:INSEE=* (le code INSEE de l'arrondissement municipal, attention le INSEE est bien en majuscule)
Sur les membres
Chemins

Établissements publics de coopération intercommunale

Pour les EPCI (communautés de communes, communautés d'agglomération ou communautés urbaines) on n'utilise pas d'admin_level mais un autre balisage :

Sur la relation

Cette relation devra contenir comme membres les limites administratives de communes qui servent de frontière à l'EPCI, avec éventuellement le rôle outer.

En option :

  • alt_name=* pour un nom usuel s'il est différent du nom mis dans name=*
  • short_name=* pour un nom usuel s'il s'agit d'un sigle
  • website=* pour le site officiel de l'EPCI. Très utile pour comparer la liste des communes membres avec celle donnée par l'INSEE, qui est potentiellement obsolète
Sur les membres
Chemins

Les balises restent celles des limites de communes, elles ne refléteront pas le statut de limite d'EPCI.

Nœuds

En proposition :

  • admin_centre (Le rôle admin_centre sera positionné sur le nœud représentant la commune siège de l'EPCI)

Cantons

Les cantons ne sont pas (plus) une unité administrative mais électorale car elle sert à l'élection des conseillers départementaux (anciennement les conseillers généraux avant 2015) et conseillers territoriaux (dans les DOM à collectivité unique et en Corse). Il n'y a plus de cantons dans la Métropole de Lyon et à Paris (les arrondissements de Paris élisent des conseils d'arrondissement lors des élections municipales et communautaires, la métropole de Lyon élit lors des mêmes élections et en même temps que les élus municipaux et élus des d'arrondissements de Lyon, des représentants communautaires, dont les circonscriptions sont les communes membres; Marseille a encore des cantons mais ses arrondissements municipaux n'ont pas d'élus, les maires délégués étant élus par regroupant plusieurs arrondissements en secteurs).

Deux des cinq DOM élisent leurs conseillers départementaux en même temps que leurs conseillers régionaux, lors des élections régionales, sur les mêmes circonscriptions électorales qui ne sont pas des cantons (en respectant toutefois les quotas de représentation de population et les règles de parité pour les conseillers départementaux élus).

Il n'y a pas de cantons (ni de conseil départemental) dans les COM:

  • Saint-Martin et Saint-Barthélemy n'ont que des élections territoriales (et plus aucune commune).
  • Wallis-et-Futuna a des élections territoriales au suffrage universel, mais aucune commune; elle a aussi des représentants des 3 royaumes coutumiers (non élus au suffrage universel mais désignés sur un système coutumier) et des conseils consultatifs représentant les villages des différentes îles au sein de leur royaume coutumier.
  • Saint-Pierre-et-Miquelon a des élections municipales dans ses deux communes, et territoriales dans une circonscription unique; la Polynésie française n'a pas de cantons non plus, mais des communes scindant l'île principale mais groupant des îles des autres atolls, et cinq circonscriptions territoriales correspondant à peu près aux archipels et dont les représentants sont élus lors des élections territoriales séparément des conseillers municipaux)

Pas de cantons non plus dans les autres territoires à statuts particuliers :

  • les TAAF n'ont pas d'élus locaux, faute de population résidente permanente et donc d'électeurs inscrits, mais les TAAF sont devenues une COM disposant d'une autonomie budgétaire et d'une personnalité juridique, avec un conseil mandaté indirectement, et des établissements locaux gérants les personnels publics saisonniers et les équipes scientifiques autorisées à y séjourner, avec le concours "local" de l'autorité préfectorale déléguée siégeant à La Réunion; dans le district antarctique de la Terre Adélie, la souveraineté française reste affirmée par la présence française, mais elle est encore gelée et s'exerce en concertation des autres pays signataires du Traité de l'Antarctique, qui peuvent y accéder pour des activités très encadrées et la France coopère aussi avec d'autres pays dans plusieurs autres secteurs antarctiques ; les autres districts sont largement couverts par des parcs naturels maritimes : certains ont leur souveraineté contestée (notamment le cinquième district des Îles Éparses), d'autres ont des frontières reconnues (ceux des Îles Australes avec un accord ratifié avec l'Australie). Aucun des districts n'a de population résidente permanente mais ils sont régulièrement visités et contrôlés par l'autorité française.
  • la Nouvelle-Calédonie n'a pas de cantons mais a des conseillers provinciaux élus lors des élections territoriales pour son parlement (et indirectement pour son gouvernement territorial), en plus des conseillers des élections communales ;
  • Clipperton (sans population résidente permanente) n'a lui non plus aucun conseil local autonome ni aucun élu, il est géré directement par le gouvernement français dans une ligne budgétaire du ministère des Outremers et ce territoire aujourd'hui étendu avec une large zone économique (encore contestée par le Mexique bien que n'empiétant pas ses eaux territoriales et sa ZEE, ni celles d'autres pays qui n'ont aucune frontière commune) est encore placé localement sous le contrôle du haut-commissaire délégué par le gouvernement et siégeant en Polynésie française.

On n'utilise pas non plus d'admin_level sur les cantons (dont la composition et le statut juridique a complètement changé en 2015 puisqu'il ne sont plus des subdivisions des arrondissements départementaux mais du département, mais comme avant 2015 ils incluent des fractions de communes urbaines denses et/ou une ou plusieurs communes limitrophes indivises ; ils sont découpés selon une représentation équitable de la population, leur nombre et leur étendue territoriale varie donc énormément selon les départements et la densité des habitants résidents) :

Sur la relation
Sur les membres
Chemins

Cette relation devra contenir comme membres les limites administratives de communes qui servent de frontière au canton, avec éventuellement le rôle outer. Quand il s'agit d'un canton contenant des fractions de communes, il devra s'appuyer sur un way balisé en boundary=political + political_division=canton

Nœuds

En proposition :

  • admin_centre (Le rôle admin_centre sera positionné sur le nœud représentant la commune chef-lieu de canton)

--A Pirard 03:09, 22 September 2012 (BST)