FR:Tag:natural=coastline

From OpenStreetMap Wiki
Jump to: navigation, search
Langues disponibles — Tag:natural=coastline
· Afrikaans · Alemannisch · aragonés · asturianu · azərbaycanca · Bahasa Indonesia · Bahasa Melayu · Bân-lâm-gú · Basa Jawa · Baso Minangkabau · bosanski · brezhoneg · català · čeština · dansk · Deutsch · eesti · English · español · Esperanto · estremeñu · euskara · français · Frysk · Gaeilge · Gàidhlig · galego · Hausa · hrvatski · Igbo · interlingua · Interlingue · isiXhosa · isiZulu · íslenska · italiano · Kiswahili · Kreyòl ayisyen · kréyòl gwadloupéyen · Kurdî · latviešu · Lëtzebuergesch · lietuvių · magyar · Malagasy · Malti · Nederlands · Nedersaksies · norsk bokmål · norsk nynorsk · occitan · Oromoo · oʻzbekcha/ўзбекча · Plattdüütsch · polski · português · português do Brasil · română · shqip · slovenčina · slovenščina · Soomaaliga · suomi · svenska · Tiếng Việt · Türkçe · Vahcuengh · vèneto · Wolof · Yorùbá · Zazaki · српски / srpski · беларуская · български · қазақша · македонски · монгол · русский · тоҷикӣ · українська · Ελληνικά · Հայերեն · ქართული · नेपाली · मराठी · हिन्दी · অসমীয়া · বাংলা · ਪੰਜਾਬੀ · ગુજરાતી · ଓଡ଼ିଆ · தமிழ் · తెలుగు · ಕನ್ನಡ · മലയാളം · සිංහල · ไทย · မြန်မာဘာသာ · ລາວ · ភាសាខ្មែរ · ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ · አማርኛ · 한국어 · 日本語 · 中文(简体)‎ · 吴语 · 粵語 · 中文(繁體)‎ · ייִדיש · עברית · اردو · العربية · پښتو · سنڌي · فارسی · ދިވެހިބަސް
Public-images-osm logo.svg natural = coastline
The Ravenscar coastline.jpg
Description
Utilisé pour marquer une ligne de côte.
Utilisé pour ces éléments
ne devrait pas être utilisé sur des nœudspeut être utilisé sur des cheminsne devrait pas être utilisé sur des zonesutilisation non spécifiée sur des relations
Statut: Non défini

Le tag natural=coastline est utilisé pour marquer la ligne des marées de vives-eaux le long du bord de mer.

voir aussi: Coastline et en plus détaillé : DE:Coastline

Où est la ligne de côte?

D'un commun accord, la côte est marquée sur la ligne des marée de vives-eaux. Fondamentalement c'est la ligne la plus élevée de l'eau atteint dans des circonstances normales. (Voir les images à droite pour quelques idées comment décider où cette ligne se trouve.)

La frontière entre le sable humide et sec marque à peu près la ligne des marées de vives-eaux
Les objets dérivant déposés marquent à peu près la ligne des marées de vives-eaux

Autour de l'Antarctique où il y a la banquise, la ligne de côte se trouve à la «ligne de vêlage», c'est la ligne où l'eau libre rencontre la banquise permanente. Voir Antarctica/Tagging pour plus de détails.

La ligne des marées de mortes-eaux est la position de la marée basse. Il n'existe actuellement aucun accord pour marquer cette ligne dans OSM.

Comment entrer les données

Le marquage de la côte est un peu différent de celle de toutes les autres fonctions d'OSM et vous devez être prudent afin de le faire correctement.

La direction dans laquelle les chemins sont tirés est très importante ! Ils doivent être tiré avec la terre (ou l'estuaire d'un fleuve) sur le côté gauche et la mer sur le côté droit (en regardant dans la direction du tracé, signalée par les flèches dans un éditeur graphique pour OSM).

Par conséquent, les îles en mer seront tracées dans le sens trigonométrique (anti-horaire), quelle que soit leur taille :

  • les grandes îles peuvent nécessiter une relation multipolygone pour rassembler les chemins externes délimitant leur ligne de côte si le nombre de noeuds nécessaire dépasse plusieurs centaines (on est obligé de le faire si on dépasse 1000 nœuds, la limite imposée par OSM étant de 2000 nœuds maximum par chemin) ;
  • les petites îles pourront en revanche facilement rester définies par un unique chemin fermé.

Cas particulier des estuaires

Il n'est pas toujours évident de définir où précisément arrêter une ligne de côte traversée par l'estuaire d'un fleuve (ou d'un canal) ; il existe selon les pays des conventions variables, basées sur le degré de salinité des eaux de surface à marée haute, mais elles ne sont pas toujours suivies ou sont très variables selon les saisons et les régimes fluviaux ou selon la législation locale ou selon des accords internationaux destinés à déterminer ensuite les limites territoriales — le trait séparant les eaux fluviales des eaux maritimes est alors une approximation :

  • si le fleuve est assez large, on peut remonter la ligne de côte plus loin dans les terres, mais par convention on s'arrête souvent au premier ouvrage d'art (pont, écluse, passe de débordement, etc.) qui le traverse, à moins que l'influence des marées soit très significative sur la hauteur d'eau dans l'estuaire ;
  • si l'écart entre les deux rives du fleuve à marée haute est peu important (de l'ordre de moins de 100 mètres) ou si l'influence des marées n'est plus significative sur les variations quotidiennes des hauteurs d'eau le long des rives, on choisit souvent arbitrairement de couper le fleuve en prenant deux points des rives suffisamment rapprochés et quasiment alignés avec le reste des lignes côtières ; mais parfois le trait peut utiliser une limite administrative (par exemple celle fermant une zone portuaire) ;
  • si le fleuve est intermittent ou est un petit côtier traversant une plage (ou un banc rocheux) qui peut ne pas être toujours recouverte à marée haute, le trait pourra passer par la partie la plus haute de cette plage découverte ;
  • quand la législation locale définit un domaine maritime (par exemple en France les lois protégeant le littoral), on fera remonter les lignes de côtes assez haut dans le fleuve pour qu'elles bordent entièrement ce domaine maritime, même s'il y a un ouvrage d'art traversant l'estuaire plus bas en aval.

Dans tous les cas, le tag natural=coastline sera posé sur ce segment arbitraire (matériellement invisible), tracé de telle façon que le côté des eaux "maritimes" reste à droite et le côté des eaux "fluviales" reste à gauche (comme s'il s'agissait de terre), et ce segment sera utilisé aussi pour définir une zone polygonale pour les eaux fluviales (ou une relation multipolygon) avec les tags natural=water et water=river/canal (méthode aujourd'hui recommandée plutôt que waterway=riverbank).

Optionnellement, les parties fluviales de l'estuaire soumises à l'infuence des marées (ou découvertes à marée basse) pourront être délimitées par une zone marquée avec tidal=*.

Autres éléments côtiers

Le long de la côte il est souvent utile d'ajouter natural=beach et natural=cliff pour les plages et falaises. Une plage doit se trouver au dessus de la ligne de côte. Pour l'estran situé en dessous, on peut utiliser une surface natural=sand avec le marquage tidal=yes.

On peut également ajouter natural=wetland pour diverses formes de zones humides, dont wetland=tidalflat pour les bancs rocheux découverts à marée basse, wetland=saltmarsh pour les prés salés (souvent submergés à marée haute), wetland=mangrove pour les mangroves, wetland=saltern pour les salines, etc.

Le tag man_made=groyne peut être utilisé pour tracer les constructions de protection des côtes.

Pour marquer les baies et caps, consulter natural=bay et natural=cape.

Pour tagguer les îles et îlots, consulter place=island et place=islet.